Aller le contenu

Sur les beats légers d’une house très progressive, CHAMBERLAIN fait sautiller des pianos de chambre avec la classe et l’aplomb d’un écrivain de la génération perdue.
Entre ambient, post-classical et deep house, la musique de Chamberlain navigue quelque part entre les points cardinaux John Cage, Nils Frahm, Moodyman et Lindstrøm. Loin d’être à la dérive, Chamberlain peut s’appuyer, sans se reposer, sur une solide base classique et jazz et une certaine maîtrise de l’harmonie.
Capable de dépecer les arrangements les plus racoleurs pour les transfigurer en perles diaphanes, Chamberlain est un formidable filtre conjuguant de subtiles saveurs musicales. On trépigne à l’idée d’entendre et de voir ce qu’a pu produire pareil espoir. D’autant que Chamberlain est réputé pour une certaine exigence visuelle et sonore.